Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Jun

France en Vélo couché .

Publié par Laurent  - Catégories :  #FRANCE A VELO

France en Vélo couché .

 

1150 km sur les routes de France en Vélo couché avec un temps trés trés moyen ...et un vélo qui se dégrade au fur et à mesure que le voyage se déroule ...hum....ambiance ...

Voici les étapes du voyage : Départ d'Angoulême --St Seurin d'Uzet --Carcan plage -- La teste de Buch (Dune de Pylat) --Contis Plage --Saubion --St Suzanne --Portet (enfin les environs ) --Mielan --Boulogne S/Gesse --Auterive --Toulouse --Moissac --Meilhan S/Garonne --Bègles (fin du voyage ).

 

Finalement c’est un parcours amputé de quelques centaines de kilomètres que j’ai repris le chemin de la maison. Réduit pour deux raisons : la météo assez mauvaise en mai et des problèmes mécaniques assez bénins mais lassant sur un vélo de ce prix.

 

1150 km sur 15 jours de vélo effectif, sur un parcours assez proche en terme de difficulté de ce que nous avions fait au Québec. On ne peut alors que comparé le MBK Green Field comp à 500 euros et l’Orca à 1800 euros.

 

Il en ressort que je ne suis pas complètement convaincu par ce vélo, ni par le vélo couché. L’ensemble me semble plus complexe, plus fragile qu’un vélo droit. Sur ce vélo il faut accepter de sortir presque chaque jour la trousse à outils …à 1800 euros la bête , c’est un peu du foutage de gueule …pour 200 euros de plus j’aurai peu avoir un Giant expédition .

 

 

 

 

Voici donc le bilan de mon voyage en Orca, vélo couché de chez Optima :

 Les points positifs :

- Confort (même si parfois le nerf sciatique de la fesse droite tire un peu, c’est très très confortable).
-Moins de prise au vent ; c’est indéniable, on n’a pas la sensation de rentrer dans un mur face au vent et j’en ai eu pas mal.
-Beaucoup moins de fatigue, donc plus de kilomètres.
-Machine à faire sourire le monde et ça c’est très positif (d’où rencontre etc.).

-Les points négatifs :

-Répartition des bagages douteuse. En effet, tout le poids est sur l’arrière ce qui donne l’impression de tracter en cote. Alors que le vélo ne monte pas mal les cotes.
-La maniabilité en ville et chargé n’est pas top .Démarrer ou tourner, ou les deux en même temps avec 25 kg de bagage relève de l’exercice de cirque.
-Finition pas terrible : siège se devisse, garde boue se dévisse, guide chaîne se fait la malle (4 fois au moins)
–patte arrière du dérailleur tordue (je cherche encore comment).

-Equilibre à l’arrêt assez précaire (toujours du à la répartition des bagages).
-Béquille inutile (trop courte et mal placée).
-L’Orca est donné pour être un vélo de voyage, c’est assez faut, il faut changer les jantes et faire une gros rodage (coller les guide chaînes etc.)


A cela s’ajoute une impression de vélo mal préparé par le vendeur
(Pulsar Cycles ) ; en effet dès le départ les problèmes s’enchaînent (dérailleur avant pas réglé , visserie guidon et mat pas serré , guide chaîne qui ne tient pas , pneu marathon oublié à la commande , livré pour le voyage avec des roues de 24 rayons VTT et des pneus de route, et pour clore le tout une absence de réponse au mail et coup de fil ) .
A noter qu’il vaut mieux passer par Airodin directement qui lui essaye de vous aider .

 

Pour avoir eu quelques échos depuis sur les forums de voyage, ces petites impressions négatives tant sur le vélo que sur le SAV semblent se confirmer
(mais nous ne saurions être un panel représentatif comme on dit).

 

En comparaison mon MBK n’a quasiment pas vu la trousse à outils lors de mon voyage pour un prix presque 4 fois inférieurs !!
Alors qu’avec l’Orca j'ai dû la sortir tout les jours ou presque …


 Il n’y a donc pas de vélo idéal.

Je repart en vélo droit pour comparer et avoir l’esprit plus tranquille.

 

À propos

Voyages en Vélo .